Le terminal 2 E hall L (dit S3 ) porte L35 de Paris Aéroport CDG est transformé. Cette salle d'embarquement incarne l'ambition du Groupe ADP en terme d'hospitalité aéroportuaire, avec 3 espaces au design renouvelé. 

F30AC66D-657A-42C1-A99A-09E6F3AFE7E7📸 Arnaud Gaulupeau pour ADP

La nouvelle salle d'embarquement du Hall L du Terminal 2E de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle est ouverte au public depuis mardi dernier.  Dans le prolongement de la zone commerciale, cet espace offre désormais aux passagers des lieux de travail, de convivialité et de repos, dans un décor qui rappelle la parisianité.  Il s'inscrit dans la démarche d'accueil que le groupe développe pour accueillir ses passagers dans des espaces toujours plus spacieux, confortables et même inattendus. 

B2FBBEC6-E500-477C-B526-DBEB5ECAE313📸 Gwen Le Bras pour ADP

Pourquoi avoir transformé la salle d'embarquement dans le hall L du terminal 2 de Paris-Charles de Gaulle?  

Le projet de transformation de la salle d'embarquement du hall L s'inscrit dans la démarche d'accueil du groupe, qui vise à accroître la satisfaction de ses clients passagers et à progresser dans les classements (ACI et Skytrax).  Des études clairement définies selon lesquelles l'ambiance et le confort dans la salle d'embarquement sont des moteurs majeurs de la satisfaction client.  C'est de là que vient la genèse des projets dits de «mise en scène», qui concernent les salles d'embarquement du Terminal 2G mais aussi celle de la future jonction du Terminal 1 à Paris Charles de Gaulle, dont le Hall L est la première réalisation.  .  L'idée est de créer une collection de salles d'embarquement uniques en leur genre qui, comprenant des zones de shopping de qualité, offrent aux passagers et à tous les employés qui y travaillent une expérience d'hospitalité unique.  Dans cette première tranche du Hall L, CDG a investi dans des espaces dits «de service» pour réinventer l'expérience et proposer un espace «travail», un espace «bar et convivialité» et un espace «détente».  Ces oasis rythment le parcours du client et rendent l'attente plus ludique.

DC1790BE-13F0-40DF-8C7A-052CCB3D23F5

Dans le monde aéroport, quelles sont les références pour Paris Aéroport ?  

L'aéroport Changi de Singapour est l'aéroport qui, dans le monde, a le plus poussé cette notion d'hospitalité en salle d'embarquement.  Mais globalement dans le monde aéroportuaire, les salles d'embarquement restent assez standards.  Pour ces projets, le groupe ADP s'est surtout inspirés du monde de l'hospitalité en général, c'est-à-dire celui de l'hôtellerie, de la réception et de la restauration.  Selon nos sources, ils se sont dit qu'il fallait proposer au voyageur, qui visite Paris, un moment mémorable dans la continuité des expériences qu'il peut vivre lors de son passage dans la capitale.  "Nous avons donc eu à cœur de lui proposer une salle d'embarquement au niveau des plus hauts lieux de l'hospitalité parisienne.  Un autre grand axe de notre réflexion a été une étude des usages des passagers.  Nous les avons analysés et nous avons cherché à répondre au mieux à leurs besoins"

2D7AD249-B917-49D2-A65C-9038FB76C607

Que fait un passager en salles d'embarquement à Paris?  

Il travaille, il se divertit, il se repose, il discute avec sa famille ou ses amis.  Ce sont des usages universels.  Paris aéroport a  donc imaginé des espaces qui sont en mesure de répondre de façon ergonomique, pratique et fonctionnelle à ces différents usages.  

Comment ont été sélectionné les créateurs de ces différentes ambiances?  

Le groupe ADP a lancé un concours auprès de différents studios.  L'agence Malherbe l'a joint.  Mais entre ce qu'ils ont proposé en première instance, et le résultat final, il y a eu beaucoup d'échanges et de travail.  Des contestactions constructives tout au long du projet pour que ce dernier corresponde parfaitement aux objectifs établis.  Le but... que ce soit beau et parisien.  Ce parti-pris s'inscrit dans la continuité du design de la zone commerciale du hall L, résolument parisienne.  Le concept a ensuite été enrichi par la participation de divers artistes, comme Lila Poppins qui a créé des animaux imaginaires qui peuplent les arbres de l'espace bar et convivialité, et Charles Petillon qui a mis en lumière repos avec une installation faite  de globes lumineux suspendus. Il était essentiel que le passager associe ces espaces à Paris et qu'il se souvienne que cette expérience a été vécue chez nous.  L'espace travail s'inspire des estrades des universités parisiennes, comme la Sorbonne et réinvente l'amphithéâtre.  Ces grandes marches, spacieuses et confortables, sont pensées pour le travail.  Elles invitent aussi à l'évasion car elles sont situées face aux pistes où le ballet des avions est incessant.

L'espace bar et convivialité reprend un certain nombre de codes parisiens, notamment les fermobs du jardin du Luxembourg.  De plus, les grandes assises rondes qui y sont installées se veulent des propices à l'échange et au partage.  Il y a, dans cette partie de la salle, un esprit guinguette qui fait référence au bord de Seine, avec ses arbres et ses petites loupiotes.  La terrasse attenante au bar fait également partie de la culture parisienne.  L'espace de repos se veut hors du temps.  C'est un endroit spectaculaire à plus d'un titre.  La présence de ce chat, sculpture XXL et iconique, installation lumineuse de Pétillon, les assises en forme de dunes, la magnifique vue sur les pistes, tout invite les passagers à se déconnecter et à rêver.

Quelles sont les conséquences de la pandémie sur la poursuite de ce projet?  

Au début de la crise du coronavirus, CDG était  dans la phase finale des travaux.  Bien sûr, le chantier a vécu au rythme des mesures liées à la pandémie.  Il y a eu des ralentissements mais ils ont  heureusement pu mener à bien ce projet qui projette le hub de Paris dans l'après Covid.  ADP comme Air France sont convaincus qu'il faut préparer la reprise du trafic.  Leurs rôle est de redonner l'envie du voyage.  Les futurs passagers, qui découvriront cette salle d'embarquement revisitée, ont la chance d'être sur place!  Dans le monde qui nous attend la satisfaction de clients devient un critère encore plus important qu'avant.  Marquer durablement leur mémoire est crucial.  Il faut donc faire le maximum pour être au niveau de leurs attentes, voire les surprendre en leur offrant un moment inoubliable.  Le spectacle doit continuer !

0DC4A032-3A2A-4E81-B20A-B48FCF7FAEE5

89C49985-1376-45C6-8324-F7100DA20C13

722402D7-F217-4FD7-95C4-8041304A5438

988E29CD-0333-4665-BA18-4A9C873C4C64

ADDB1918-4CF3-4799-8078-E2647B551064

F89B6489-3EDA-4026-B2B3-D0B062A5E763

F519EC2C-5DB1-4EFF-88C4-354ECB91203F

5CE3C122-2404-460B-A4F8-FACEE87CEBBB

4E676F69-5395-440C-B002-C5D6FEBA3E34

E0BC8EFD-50D6-4F54-B368-7B03CEBC4D76

69E9BA96-7F37-4A19-A974-395617F8AC90

84EBEC10-D48F-4D93-82D9-BE82DC19A915

0437F207-860A-456E-8143-858A32925AA5

CDABD1F4-B66F-4809-A329-901B9E8A7742

Charles Pétillon est un artiste français connu pour ses installations de ballons blancs dans des situations aux mises en scènes poétiques et féériques.  Pour la zone dédiée au repos et à la rêverie, il a créé une installation lumineuse qui agit tel un phare invitant le voyageur à déambuler jusqu'au bout de la jetée pour y découvrir le chat XXL et la vue sur les pistes.  

Pour découvrir son œuvre:

https://www.charlespetillon.com/

https://www.instagram.com/charlespetillon/

Avec du papier, des ciseaux, de la colle, et une sacrée dose de talent, Lila Poppins a créé une  vingtaine d'oiseaux exotiques de 20 à 50 cm de haut.  Ces animaux de papier s'intègrent de façon subtile au décor de la nouvelle salle d'embarquement.  Posée sur les arbres, ces créations délicates invitent 1l'esprit du voyageur à prendre son envol.  

Pour découvrir son œuvre:

https://www.instagram.com/lilapoppins

 

AC00881E-B49D-4A79-BD4F-21DD68C399B3

7B34DB10-9DA3-4BFF-8C6F-CA3E4E6013AD📸 Pierre de Mareuil sur twitête @ProtChapCDG

B71454D2-F7A0-4953-A556-518F35A3B838