Aprés les pilotes remplacés par des robots, l’ingénieur Charles Bombardier pense que l'intelligence artificielle va réduire les coûts de vol en cabine.

La plupart d’entre nous et j'en fait partie, préfère interagir avec un PNC ( Personnel naviagant commercial ) , mais pour certains vols courts, un robot articulé pourrait sûrement être utilisé

Atasha-couloir-800x480

PNC à vos ports USB. Depuis vingt ans, le développement de l’aviation civile se concentre sur sa sécurité, mais aussi sur ses services commerciaux. Donc le travail des hôtesses et des stewards. Le soucis, est que les vols low cost ont tendance a vouloir reduire les coûts de toutes les prestations y compris celui des PNC. "L’option" serait de remplacer une part du personnel navigant commercial par une main-d’œuvre robotique.

L’ingénieur canadien Charles Bombardier, qui a déjà repensé l’ascenseur ou le train du futur, a imaginé ce que cela pourrait donner. Comme un clin d’œil à la célèbre hôtesse de l’air de BD Natasha, il a développé le robot agent de bord Atasha que le consultant industriel argentin Martín Rico a designé pour lui.

Atasha-chariot

Servir vite et dégager l’espace. Pour dégager au mieux les axes de circulations exigus de l’appareil, le robot serait suspendu à un rail au plafond de la cabine. Il se composerait essentiellement d’un écran, à la place de la tête, et de bras articulés motorisés afin de pouvoir soulever et ranger les bagages dans les compartiments de cabine. Les mêmes bras lui permettront de participer au nettoyage en ramassant les déchets et les accessoires de confort (couverture, casques audio). Les bras devraient donc être fabriqués avec un alliage résistant et le reste du corps serait en plastique ou autres matériaux légers.

Small-Atasha-2

Pour le service alimentaire, Atasha sera accompagné d’un chariot électrique et connecté, qui le rejoindrait dans l’allée. Les bras manutentionnaires d’Atasha n’auront qu’à se servir avant de le renvoyer. Comme il est très probable que certains passagers somnoleraient pendant le vol, le robot devrait causer le moins de perturbations possible en se déplaçant.

Servir et surveiller. En plus de ses membres à notre service, Atasha aurait donc un écran OLED en guise de « visage ». Celui-ci pourrait faciliter les interactions avec les passagers, comme présenter une carte de services en plusieurs langues, ou arborer différents sentiments basiques : serviable, compatissant, autoritaire… Bombardier propose d’équiper le robot de différents capteurs au service de son IA pour tenter d’analyser le comportement des clients. L’idée serait d’anticiper les besoins et adapter son attitude en fonction, voire de déceler certains problèmes, ajoutant ainsi un niveau de sécurité durant le vol. S’il serait équipé de capteurs et de détecteurs chimiques supplémentaires, Atasha pourrait être utilisé pour prévenir les dangers et gérer les situations d’urgence en vol.

Small-Atasha-3

Tout cela impliquerait de se délester de quelques membres d’équipage commercial à bord et de gagner de la place : ou comment faire des économies sur le prix des billets sans rogner le service. Mais nul besoin de tous les supprimer, explique Bombardier. Les vols intérieurs courts et low cost sont à privilégier selon lui, n’oubliant pas de rappeler que, plus encore dans un avion qu’ailleurs, ne serait-ce que pour nous rassurer, pour la securité et la sureté, nous avons toujours besoin d’humains.

 

 

source https://detours.canal.fr/steward-futur-etre-robot/